TSGJB BANNER

Le variant BA.2 est encore plus contagieux qu'Omicron !

Le variant BA.2 est encore plus contagieux qu'Omicron !

Le sous-variant BA.2 d'Omicron, encore très minoritaire en France, est devenu majoritaire au Danemark en quelques semaines. Une étude récemment publiée confirme qu'il est encore plus contagieux que le sous-variant originel, le BA.1.

La souche originelle du SARS-CoV-2, apparue il y a deux ans, était qualifiée à l'époque de virus extrêmement contagieux. Depuis, nous avons vu défiler les variants Alpha, Bêta, Delta, Gamma, et depuis début décembre Omicron. Pour qu'un variant puisse prendre le pas sur les autres et devenir majoritaire, il doit forcément être plus contagieux que le précédent. Omicron est déjà dix fois plus contagieux que la souche originelle. Avec ce dernier, le monde pensait avoir atteint un sommet et espérait que ce variant serait le dernier préoccupant. Il semblerait que ce ne soit pas le cas. Un sous-variant d'Omicron, nommé BA.2, déjà majoritaire au Danemark, pourrait être encore plus contagieux. 

Un variant devenu majoritaire en quelques semaines

Alors qu'en France le sous-variant BA.1 d'Omicron est le seul à circuler activement, du moins pour le moment, la situation est différente au Danemark. Le variant BA.2 a été détecté là-bas pour la première fois le 5 décembre 2021. Ce variant possède environ 40 mutations supplémentaires par rapport au BA.1, qui comportait déjà un grand nombre de mutations par rapport au variant Delta. Au Danemark, les deux sous-variants BA.1 et BA.2 coexistaient au début. Puis, en deux semaines, BA.2 est passé de 20 % des cas à 45 %. Finalement, il est devenu majoritaire en quelques semaines. La vitesse à laquelle le variant BA.2 a supplanté le BA.1 dans cette population est déjà une preuve en soi de sa plus forte contagiosité.

Une étude confirme sa plus forte contagiosité

Une étude de l'Université de Copenhague au Danemark publiée le 30 janvier 2022 (non encore relue par les pairs) s'est penchée sur la contagiosité du variant BA.2. Les auteurs se sont intéressés à 8.541 cas d'infections au variant Omicron survenus entre le 20 décembre 2021 et le 11 janvier 2022, dont 2.122 étaient liés au variant BA.2. Parmi les 17.945 potentiels cas contacts, 5.702 ont été contaminés dans la semaine suivant le contact. Le taux d'infection des cas contacts était de 29 % parmi les contaminations liées au variant BA.1 et de 39 % parmi celles liées au variant BA.2. Le sous-variant BA.2 est donc 30 % plus contagieux que le BA.1.

Par ailleurs, les auteurs se sont intéressés au statut vaccinal des personnes contaminées. Avoir un schéma vaccinal complet, même avec le booster, ne protégeait pas de la contamination par BA.2. Ce qui signifie que BA.2 est capable d'échapper aux anticorps secondaires à la vaccination.

Enfin, les auteurs se sont penchés sur le statut vaccinal des personnes contaminantes. Les données sont plus rassurantes : les individus vaccinés contaminaient moins de patients que les non vaccinés. Autrement dit, si BA.2 a plus de risques de contaminer des vaccinés que BA.1, une personne vaccinée contaminée par BA.2 a moins de risques de le transmettre à son tour qu'une personne non vaccinée. La vaccination contribue donc à freiner la circulation du virus.

Le 2 février 2022

Source web par : futura-sciences

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Covid : Le Maroc passe au niveau rouge

Covid : Le Maroc passe au niveau rouge

La 3ème vague de la pandémie du coronavirus au Maroc est « très rapide » avec un temps de doublement de 4 jours, a indiqué le coordonnateur du Centre nati...

Covid-19 : La dégradation se poursuit

Covid-19 : La dégradation se poursuit

Avec la réception de nouveaux lots de vaccin, la campagne élargie aux 30-34 ans 23.413 nouveaux tests ont été effectués. Par ailleurs, le nombre de cas ...