TSGJB BANNER

5 choses à savoir sur Ryanair

5 choses à savoir sur Ryanair

Chaque mercredi, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Pour ce 84e épisode, zoom sur la première compagnie aérienne en Europe : Ryanair.

1 - Ryanair, le géant du ciel européen

Déjà trente-sept ans que Ryanair est venu révolutionner le secteur de l’aérien. Fondée par l'homme d'affaires irlandais Tony Ryan et l’investisseur américain David Bonderman, la compagnie low-cost lance en juillet 1985 son premier vol commercial entre l’aéroport de Waterford à Dublin, et celui de Gatwick à Londres. L’entreprise décolle véritablement au début des années 90 sous l’impulsion de Michael O’Leary. Il part aux États-Unis étudier le modèle low cost de Southwest Airlines et choisit de le reproduire en Europe. Son crédo ? Rogner sur tous les coûts et faire payer aux passagers certains services (repas, boissons…). La première "low cost" européenne est née.

Surtout que Ryanair arrive au bon moment puisque de plus en plus de voyageurs sont alors prêts à sacrifier une partie de leur confort pour traverser l'Europe à bas coût. Après avoir multiplié les liaisons entre son Irlande natale et les principales villes du Royaume-Uni, le transporteur irlandais arrive en France en 1997 pour conquérir l’ensemble du ciel européen. En 2015, la compagnie aérienne a matérialisé des années de croissance à deux chiffres pour devenir la plus rentable au monde. Le géant irlandais, leader européen du secteur, a transporté 153 millions de passagers en 2019 dans une quarantaine de pays.

2 - À l’initiative de plusieurs projets ultra-controversés

Au fil des ans, Ryanair a multiplié les idées outrancières - qui ne seront jamais appliquées - pour se faire de la pub sans rien payer. En 2020, dans une interview au Times, Michael O’Leary laisse entendre que les contrôles de sécurité dans les aéroports devaient se concentrer sur les hommes musulmans car les terroristes "sont généralement des hommes de confession musulmane." La même année, le sulfureux patron qualifie ses rivaux, dont Air France, de junkies "piqués" aux aides d’État.

Le patron de Ryanair a fait de la provocation sa marque de fabrique, quitte à détériorer l’image de son entreprise. Par le passé, il a déjà évoqué l’idée d’une taxe sur les personnes obèses finalement abandonnée car sa mise en place retarderait la rotation des avions. Celui qui est entré dans l'entreprise en 1988 a aussi déjà émis l’idée de permettre aux passagers de regarder un porno en plein vol. "Tous les hôtels dans le monde" proposent ce genre de services, "pourquoi pas nous ?", fait mine de s’interroger le "bad boy" de l'aérien. En 2009, il enchaîne les idées saugrenues et propose aux passagers de voyager debout ou encore de payer pour se rendre aux toilettes en plein vol.

3 - Son modèle social est très décrié

Ryanair n’est pas près d’oublier l’été 2018. En pleine période de vacances estivales, une grève massive éclate - la première de son histoire ! - et perturbe considérablement le trafic aérien en Europe. Des salariés de Ryanair de plusieurs pays se mobilisent en même temps pour réclamer de meilleures conditions de travail et des augmentations de salaires. Ils demandant surtout que soit appliqué le droit du travail national des pays où ils travaillent sur leurs contrats, et non celui de l’Irlande.

Cette grève met en lumière l'incroyable pression exercée par "l’Amazon du voyage" sur ses employés. Les cadences y seraient infernales pour le personnel navigant. “Ça m'est arrivé de m'endormir dans le cockpit et de faire des micro-siestes de 10 minutes car je n'arrivais plus à lutter”, a confié un ancien pilote de Ryanair sous contrat irlandais lors d’une interview au Figaro. Le professionnel parle des journées “à la limite de la légalité”, avec 13 heures de service et des équipages qui enchaînent jusqu’à six vols quotidiens. Ces pilotes rémunérés à l’heure de vol sont aussi souvent employés comme auto-entrepreneurs via des micro sociétés irlandaises.

Près de quatre ans après ce mouvement social, rien n'a vraiment changé. Suite à la crise du Covid, Ryanair a proposé de baisser de 20% la rémunération de ses pilotes basés en France et de 10% celle des personnels navigants pendant cinq ans pour éviter des suppressions de postes.

c7fbf9ae35fe

Grève massive chez Ryanair en 2018 (Crédit : Reuters/Heino Kalis)

4 - Ryanair très critique envers la France et les Français

Dire que le patron de Ryanair n'aime pas la mentalité française est un euphémisme. L'Irlandais n'a pas apprécié l'adoption de la loi “Climat et résilience” en août 2021 interdisant aux Français certains vols intérieurs quand une alternative de moins de 2h30 par le train est possible. Le dirigeant de la compagnie irlandaise a accusé Emmanuel Macron de mentir sur le soutien populaire de ces liaisons courtes. "Vous pouvez toujours dire quand les Français mentent parce que leurs lèvres bougent", aurait lâché Michael O’Leary selon une information du quotidien britannique The Telegraph relayée par Capital. Avant d’ajouter : "Soyez très prudents avec les Français."

Selon le boss du transporteur aérien, la France a pris cette mesure dans l’unique but de défendre les intérêts d’Air France. "La France interdit tous les vols intérieurs au-dessous de 500 km – à moins qu’elle ne voyage sur un vol de correspondance via Paris Charles de Gaulle. Donc, fondamentalement, Air France continuera de voler, et tous les autres seront interdits", précise-t-il au Telegraph.

Souvent dans l’excès et les clichés, le boss de Ryanair ne rate jamais une occasion pour tacler les Français. Interrogé un jour sur les conséquences du réchauffement climatique, il a dit espérer que la France devienne un jour un "désert", ce qui ne serait pas forcément "une mauvaise chose." Même tacle appuyé contre l'Hexagone au moment de rendre hommage à son modèle Margaret Thatcher : "Sans elle, nous serions tous en train de vivre dans une sorte de foutue république française au chômage." Un dernier pour la route ? "Les Français n'ont jamais eu de grands philosophes. Du grand vin, peut-être, mais jamais de grands philosophes." N’en jetez plus, la coupe est pleine.

f745a742fab0

Michael O’Leary, le sulfureux patron de Ryanair (Crédit : Reuters/Clodagh Kilcoyne)

5 - Ryanair accusé de "profiter" de la guerre en Ukraine

Ryanair profite-t-il de la guerre en Ukraine pour gagner encore plus de l’argent ? L'ambassadrice d'Ukraine en Irlande a récemment accusé la compagnie low cost d'avoir augmenté le prix de ses billets au départ de la Pologne. Lors d'une commission sur les affaires de l'Union européenne du parlement irlandais, Larysa Gerasko a dénoncé une pratique "immorale", rapporte BFMTV. Face à ces graves accusations, le sulfureux patron de Ryanair a nié et défendu le modèle économique. "Nous avons des tarifs bas au départ de la Pologne disponibles aujourd’hui, demain et le lendemain. Mais si un vol se remplit, les derniers billets seront vendus aux tarifs les plus élevés. C’est ainsi que fonctionne notre entreprise", assure-t-il auprès de The Independant. En résumé, la demande qui explose en raison de la situation dramatique en Ukraine fait mécaniquement gonfler les prix.

Cette explication a provoqué l’ire de nombreux députés et sénateurs irlandais. John Brady a par exemple qualifié ce comportement de "méprisable" et ajouté que "toute entreprise, partout dans le monde, qui cherche à tirer parti des personnes qui fuient pour sauver leur vie est épouvantable."

Le 06/04/2022

Source web par : finance.yahoo

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Cherchez les touristes en Chine !

Cherchez les touristes en Chine !

Serait-on sur le point de perdre des marchés pour la conquête desquels on ‘est beaucoup investi ? Comment expliquer que ce sont plutôt les marchés ayant e...