TSGJB BANNER

Reportage. Tourisme à Marrakech: une reprise en demi-teinte pour les commerçants

Reportage. Tourisme à Marrakech: une reprise en demi-teinte pour les commerçants

En ce milieu de mois de septembre, l’heure est au bilan après une saison estivale plutôt bonne pour le tourisme marocain. Mais pour les commerçants de la ville de Marrakech, ce n’est pas encore l’euphorie. « C’est mieux, mais on n’y est pas encore pour autant », affirment-ils. Reportage.

Après deux ans de pandémie ponctuée de restrictions sanitaires, le tourisme a finalement retrouvé des couleurs cet été. Sur la place Jemaa Al-Fna, taxis, charrettes, deux-roues en tout genre slaloment entre les piétons et les charmeurs de serpents. En ce milieu de mois de septembre, l’heure est au bilan après une saison estivale plutôt bonne pour le tourisme marocain.

Selon les chiffres communiqués par le ministère du Tourisme, le Maroc a accueilli durant les mois de juin et juillet 2022 un total de 3,2 millions de touristes, dont 65% en juillet avec plus de deux millions d’arrivées. Il s’agit d’une performance exceptionnelle ayant permis de récupérer 100% des arrivées des mois de juin et juillet 2019, notait fin août le ministère dans un communiqué. La saison estivale 2022 a donc confirmé la reprise amorcée du secteur du tourisme, depuis les signes annonciateurs dès le mois de juin.

« Pas comme avant »

Mais pour les commerçants marrakchis, ce n’est encore pas la joie. Ceux interrogés par H24info, jeudi 15 septembre 2022, aux abords de la mythique place Jemaa Al-Fna sont unanimes: « le marché est en train de reprendre. Toutefois, on n’y est pas encore pour autant ». Certains affirment avoir à peine récupéré 50% de leur activité par rapport à 2019.

« Nous avons passé une belle saison estivale, mais nous n’avons pas encore retrouvé notre niveau de 2019. Nous avons pu récupérer 80% de l’activité par rapport à l’avant-covid », témoigne Yassine Elaji, chef de salle à l’Argana Café, le tristement célèbre établissement de la place, victime d’un attentat meurtrier en 2011.

Au stand de jus pressés juste en face, le jeune vendeur prénommé Yassine dit avoir récupéré environ 65% de son activité. « Nous attendons de retrouver le même niveau de clientèle qu’avant le covid », espère le commerçant qui souligne que les touristes, cet été, étaient principalement des Français et des Marocains résidents à l’étranger (MRE).

Ce qui confirme le récent sondage élaboré par le moteur de recherche spécialisé dans les voyages, Liligo, selon lequel Marrakech occupe la première place du classement des destinations les plus plébiscitées par les touristes français cet été.

62,6% des arrivées en juin-juillet sont des MRE

« Cette année, nous avions surtout des Marocains qui n’étaient pas rentrés au Maroc depuis deux ou trois ans », reprend à son tour le chef de salle de l’Argana Café. En effet, le royaume enregistre l’arrivée d’un peu plus de deux millions de MRE en juin et juillet 2022, contre environ 1.200.000 touristes étrangers sur la même période, soit quasiment la moitié du volume des MRE. Sur ces deux mois, les Marocains du Monde représentent donc 62,6% des arrivées touristiques au Maroc.

Les statistiques concernant le tourisme ne sont pertinentes que lorsqu’on sépare les chiffres des touristes de ceux des MRE. Si d’apparence tout semble rentré dans l’ordre, en réalité, cette bonne santé du secteur doit être nuancée. Il s’agit d’une « bonne saison, mais d’une reprise mitigée », commente Zoubir Bouhoute, expert en tourisme et directeur du Conseil provincial du tourisme de Ouarzazate. « Une grande partie des arrivées concerne les MRE qui n’ont pas les mêmes habitudes de consommation. Ils affectent positivement l’économie du pays, mais pas nécessairement le secteur touristique » explique-t-il.

D’ailleurs, « l’indicateur des nuitées n’augmente pas en fonction des MRE, mais dépend du nombre de touristes étrangers. En juin-juillet, on compte 3.824.000 nuitées remplies contre 4.509.000 à la même période en 2019, soit une baisse de 16%. Sachant qu’en 2019 (même période), sur 3.237.000 arrivées, il y avait 1.334.000 touristes étrangers, soit 41%. En 2022, les touristes étrangers ne représentent que 37%, soit une baisse de quatre points par rapport à 2019. C’est cette dernière catégorie qui conditionne davantage le nombre de nuitées, car les MRE séjournent beaucoup chez leurs familles et entourages sur place.

À l’année (janvier-juillet), le nombre de nuitées a rattrapé à 60% l’année de référence 2019. Si cet indicateur est moins bon que le nombre d’arrivées (100% de 2019), c’est parce qu’il y a eu cette année davantage de MRE que de touristes étrangers, et ces derniers ont séjourné moins longtemps dans les établissements touristiques. Entre janvier et juillet, le Maroc a reçu 2353 touristes étrangers, contre 4093 en 2019, soit une baisse significative de 43%.

Désormais, les professionnels du secteur à Marrakech se préparent pour la saison hivernale, la période des fêtes de fin d’année étant la troisième plus forte en termes d’affluence (après les vacances d’avril). « Nous devons redoubler d’efforts pour terminer l’année à 9 ou 10 millions de touristes, et atteindre 70% du chiffre de 2019 (13 millions d’arrivées dont plus de sept millions de touristes étrangers) », projette Zoubir Bouhoute.

« Pour atteindre cet objectif avec un renforcement du volume de touristes étrangers, nous devons faire plus d’efforts que durant cet été, notamment en déployant plus de vols au niveau de l’aérien pour attirer plus de touristes étrangers. Car le flux aérien n’est toujours pas le même qu’en 2019 », conclut l’expert.

Le 17/09/2022

Source web par : h24info

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Le Maroc, un

Le Maroc, un

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a réitéré l'importance fondamentale d’entretenir les meilleures relations avec le Maroc, un "par...