TSGJB BANNER

Solidarité avec le Maroc : soutenir aussi le tourisme pour aider concrètement

Solidarité avec le Maroc : soutenir aussi le tourisme pour aider concrètement

Au lendemain du tremblement de terre de magnitude 6,8 qui a frappé le 8 septembre à 70 km au sud de Marrakech et qui a été l’un des plus forts et des plus meurtriers de l’histoire du Maroc, le Président du Think Tank Etienne Marcel et le Président de l’association des maisons d’hôtes de Marrakech-Essaouira-Ourazazate (Moroccan Guest Houses) plaident aussi pour que les touristes français visitent le royaume chérifien par solidarité, pour soutenir l’activité du Maroc et des Marocains.

Français et Marocains se connaissent bien et s’apprécient beaucoup. Les Français sont particulièrement solidaires des Marocains dans l’épreuve qu’ils traversent depuis le séisme survenu dans la nuit du 8 au 9 septembre. La France est prête à aider – financièrement et en produits de première nécessité – la population et les autorités, pour secourir, pour reloger, pour reconstruire. Si la France et le Maroc sont très proches de par l’ancienneté et la force de leurs liens humains, culturels, économiques, scientifiques, les Français forment aussi le premier contingent de touristes étrangers – plus du tiers des arrivées avant la Covid-19. Il existe là un important levier d’une solidarité engagée.

Effroi et tremblements

Le séisme historique qui a fait trembler la terre dans la région d’Al Haouz a été d’une violence exceptionnelle. Nul ne peut comprendre pleinement, avant de le vivre, les émotions qui vous étreignent lorsque la terre se lève, que les murs se déportent, que les lustres tombent, que la vaisselle se casse… Le bilan est déjà lourd. Et il devrait malheureusement encore s’alourdir. Paradoxalement, dans certaines grandes villes et agglomérations, les pertes sont principalement matérielles. C’est le cas de l’agglomération de Marrakech, première ville touristique du Maroc avec près d’ un million et demi d’habitants qui ne déplore “qu’une” quinzaine de morts – quinze de trop bien sûr.

La solidarité nationale a été immédiatement au rendez-vous. La population, les autorités, les organisations caritatives sont pleinement mobilisées. Les professionnels du tourisme le sont aussi, qu’il s’agisse de l’hôtellerie-restauration ou des maisons d’hôtes, les traditionnels riads.

Reconstruire

Nous sommes bien sûr dans le temps de la solidarité, des opérations de secours, de l’aide humanitaire. Viendra ultérieurement le temps du bilan économique. Il faudra reconstruire. Le royaume chérifien est un pays résolument engagé dans la modernité, une zone de stabilité économique, politique et d’innovation dans la région, y compris en termes de tourisme durable, “qui tienne pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux, actuels et futurs, répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels de l’environnement et des communautés d’accueil“, suivant la définition de l’Organisation mondiale du tourisme.

Le secteur du tourisme, qui représente 7% du PIB marocain et plus de 200.000 emplois directs et indirects, pourrait potentiellement être impacté par les conséquences du séisme, alors qu’il redémarrait depuis le début de l’année, après la levée des ultimes restrictions sanitaires liées à la Covid-19. Certes, les compagnies aériennes étrangères maintiennent leurs vols vers et à partir des aéroports marocains.

Tourisme éminemment “solidaire”

Toutefois, après la tardive reprise post-crise sanitaire, beaucoup de petits professionnels du tourisme au Maroc, propriétaires d’établissements à taille humaine, ne survivraient pas à une série d’annulations en cascade. L’enjeu est aussi celui de la protection des savoir-faire, de la redynamisation des économies locales, de la sauvegarde de tous les emplois – qualifiés ou non. Ces professionnels comptent sur les touristes français, les plus nombreux à séjourner dans leur pays.

C’est pourquoi l’une des meilleures façons pour la France et les Français de soutenir le Maroc et les Marocains, c’est aussi de maintenir et d’encourager les projets de séjour touristique dans le royaume. Plus que jamais, c’est une forme de tourisme “responsable” et “solidaire”. Revenir au Maroc, à Marrakech et dans sa région, c’est un élan solidaire pour agir et soutenir, c’est l’occasion de montrer que l’espoir est ce qui anime les relations franco-marocaines, et que c’est beau quand le jour se lève après la nuit.

Le 11/09/2023

Source web par : entreprendre

www.darinfiane.com    www.cans-akkanaitsidi.net    www.chez-lahcen-maroc.com

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Un musée de l’eau à Marrakech

Un musée de l’eau à Marrakech

Le prince héritier Moulay El Hassan a inauguré aujourd’hui à Marrakech, le "Musée Mohammed VI de la civilisation de l’eau au Maroc". Il s’agit d’une...