TSGJB BANNER

Les chaînes hôtelières israéliennes lorgnent le Maroc

Les chaînes hôtelières israéliennes lorgnent le Maroc

Alors que l’activité économique entre Tel-Aviv et Rabat connaît un développement soutenu, les chaînes hôtelières israéliennes étudient la possibilité d’ouvrir des établissements au Maroc. Des voyages de repérage ont même déjà eu lieu à Casablanca et à Marrakech.

Le secteur hôtelier n’est pas en reste du développement que connaissent les relations économiques entre Israël et le Maroc. Selon David Sprecher, président de la commission Tourisme et aviation de la Chambre de commerce Israël-Maroc, de plus en plus de chaînes hôtelières israéliennes manifestent un intérêt croissant pour le royaume chérifien.

«Plusieurs chaînes hôtelières israéliennes commencent à s’intéresser au Maroc et à étudier la possibilité d’ouvrir des établissements au Maroc», indique David Sprecher, qui est également managing partner et chef du département Aviation et tourisme du cabinet d’affaires Grisay Lawyers and Consultants en Israël.

Bien que les noms des chaînes hôtelières restent confidentiels pour l’instant, David Sprecher fait savoir que des voyages de repérage ont déjà eu lieu à Casablanca et à Marrakech. Le choix se porte soit sur de nouveaux terrains pour la construction de projets, soit sur d’anciens hôtels marocains nécessitant une rénovation.

Mais la second option pose problème: «Ces hôtels marocains qui ont besoin de rénovation sont pour la plupart dans un mauvais état et les montants requis pour leur rénovation sont extrêmement élevés», prévient le président de la commission Tourisme et aviation de la Chambre de commerce Israël-Maroc.

Des défis à surmonter

La Chambre de commerce Israël-Maroc, par le biais de divers événements et webinaires, joue un rôle majeur dans la facilitation des échanges entre les entreprises des deux pays. Pourtant, un déséquilibre persiste au niveau du tourisme : plus de 200.000 Israéliens ont visité le Maroc l’année dernière, contre seulement quelques milliers dans le sens inverse.

David Sprecher impute ce déséquilibre à la difficulté d’obtention de visas pour Israël au Maroc. «Il faudrait absolument et rapidement résoudre cette question de visa qui est un frein à l’arrivée des touristes marocains en Israël», estime-t-il.

Malgré ces défis, David Sprecher reste optimiste quant à l’avenir du secteur du tourisme entre le Maroc et Israël. Il entrevoit non seulement des investissements israéliens dans le domaine de l’hôtellerie au Maroc, mais encourage également les Marocains à envisager d’investir dans l’hôtellerie en Israël. «Je pense que le partenariat entre les deux pays ne peut aller qu’en croissant, tout comme l’amitié et l’amour entre les deux pays et entre leurs peuples», conclut-il.

Le 17/06/2023

Source web par : le360

www.darinfiane.com    www.cans-akkanaitsidi.net    www.chez-lahcen-maroc.com

Les tags en relation

 

Les articles en relation

Marrakech et Agadir à vendre

Marrakech et Agadir à vendre

En faillite pour cause de crise sanitaire et ses multiples restrictions, de nombreux hôtels désespérément vides  sont aujourd’hui mis à l’encan dans l...

Brouillard par temps clair-obscur

Brouillard par temps clair-obscur

Hier mardi au Parlement, Mme la ministre du Tourisme répondait, dans le cadre des questions orales, à l’éventuelle réouverture des frontières par un renv...